Vous êtes abonné à la revue TEC ? Identifiez-vous pour accéder aux contenus qui vous sont réservés.

La rue partagée

Auteurs : Yves Cohen, Martine Pededieu, Guillaume Morin, Bruno Cremet – Egis

Pour éviter que l’espace public soit sans cesse obsolète par son incapacité à évoluer au bon rythme, Le groupe Egis a mis au point une démarche de conception qui rend l’espace public évolutif et dynamique. Focus sur la rue de demain, qui facilitera l’expression de la vie sociale et du vivre ensemble au sein de la cité.

 

Aujourd’hui

Même si on assiste depuis une trentaine d’années à un début de rééquilibrage de l’espace viaire au détriment de l’automobile, d’une manière générale, l’aménagement des voiries urbaines, visant à favoriser les transports collectifs (sites propres) et les modes actifs (vélo, marche), reste conçu à partir de logiques d’opportunités liées à des réaménagements de voiries.
Alors que les attentes et les pratiques des citadins évoluent et s’avèrent de plus en plus diverses, les rationalités aménagistes et gestionnaires peinent à sortir des logiques fonctionnalistes assignant à chaque type d’espace une fonction unique.
L’approche de l’espace public est essentiellement basée sur l’ajout ou la modification d’espaces dédiés au fur et à mesure de l’émergence d’usages.

Une logique d’aménagement en lanière dédiée, un site pour chacun

voirie pour tous

Mais attribuer à chaque mode de déplacement un site dédié (piétons, cyclistes, transports collectifs, etc.) n’est possible que dans les limites imposées par la largeur, Il n’est donc plus possible de considérer l’espace public comme une juxtaposition des sites propres de chacun, il vaut mieux penser à un lieu de cohabitation harmonieuse à tous.

Le concept de la rue intelligente

La rue intelligente porte l’ambition de concilier tous les usages de l’espace public, actuels et futurs, en intégrant leur temporalité d’expression au sein de l’espace. Il s’agit de s’adapter aux évolutions des modes de vie pour ne plus perpétuer un processus qui rend l’espace public sans cesse obsolète par son incapacité à évoluer au bon rythme.
Basée sur l’affectation dynamique des espaces de la rue, la solution de rue intelligente est particulièrement adaptée aux espaces fortement contraints au sein desquels s’expriment des usages à priori antagonistes et de forte intensité.

La solution de rue intelligente permet de concilier les usages et les capacités circulatoires de la rue, elle permet l’expression de la vie sociale et du vivre ensemble au sein de la cité
Finalement, les voies de circulation dédiées aux modes actifs et aux transports en commun restent principalement pensées pour les déplacements domicile-travail. Pourtant, si ces motifs de déplacements structurent encore les mobilités urbaines, ils sont désormais loin d’en constituer les motifs principaux.
Depuis un siècle, l’allongement sans précédent de l’espérance de vie, celui du temps libre, voire également l’organisation du travail, ont bouleversé les pratiques et les rythmes urbains.
L’aménagement et la gestion urbaine doivent prendre en compte ces transformations.
Le concept de rue intelligente propose d’explorer et d’étendre les solutions déjà développées sur les infrastructures routières pour les mettre au service de la vie urbaine, des usages et des gens pour retrouver la rue comme espace de sociabilité.
La rue doit évoluer dans la même temporalité que les usages. Il est donc important de construire les fonctions de la rue par superposition. Donc, bien définir les besoins en espace public généré par chaque usage et de superposer ces différents espaces publics générés. Puis identifier les recouvrements et intégrer la temporalité.

Temporalité

La rue devient intelligente car elle repose sur l’affectation variable de l’espace selon les différentes temporalités d’usages :
Cela peut intégrer bien entendu la temporalité quotidienne ou hebdomadaire, mais aussi intégrer les temporalités longues des évolutions sociétales
Ce principe d’aménagement constitue aussi une solution plus économique que la construction de nouvelles infrastructures, qui n’est pas toujours possible en ville.
La rue peut aussi être considérée comme intelligente car elle peut être non prédéterminée dans sa forme en adoptant une surface plane absente de délimitations physiques, mais aussi car elle est interactive avec les usagers, les informations d’affectations des usages se trouveront sur smartphone et les usagers pourront accéder à des fournitures de services numériques associées.

Exemples de différents cas type

Circulation

 

La rue devient un axe à double sens, l’information des usagers est importante en amont de part et d’autre de cette rue

 

 

 

Circulation 2

La rue devient un axe à sens unique et un site propre. Ce site propre peut être intéressant pour garantir une vitesse commerciale sur certains créneaux horaires

 

 

 

Circulation 3

La rue devient un axe à sens unique et des places de livraisons. Il est important de pouvoir gérer la libération de l’espace public

 

 

 

 

Terasse

La rue devient un axe à sens unique permettant de desservir la terrasse éventuellement. Intéressant pour les soirées estivales

 

 

 

Parvis

La rue devient un axe à sens unique permettant de desservir le parvis de la mairie ou d’une église éventuellement. Intéressant pour un mariage ou une manifestation à la mairie.

 

 

 

Piétons

La place devient piétonne, aucun flux ne la traverse. Intéressant pour un jour de marché ou de vide grenier. Il faut savoir neutraliser l’accès

 

OK

 

 

La technologie au service de l’espace urbain, l’avènement du XXIème siècle

Le concept de rue intelligente ouvre à toutes possibilités sur l’espace urbain. L’application, le contexte et l’identification des besoins font émerger des niveaux de priorité entre les différents enjeux.
Certains conflits d’usages sont à arbitrer, et les tranches horaires caractéristiques de la zone étudiée sont à considérer. Cette phase d’étude aboutit à la définition d’autant de scénarios d’exploitation que de tranches horaires définies pour l’espace à considérer.
Il convient de définir une solution technique, des équipements, qui vont permettre d’appliquer ces scénarios et un « cadre » de circulation; c’est-à-dire donner aux usagers les informations nécessaires pour évoluer en sécurité dans l’espace.
Usuellement, c’est le marquage au sol et la signalisation verticale qui font foi et donc des équipements « statiques ». Or d’un scénario d’exploitation à l’autre la signalisation est différente, il faut gérer les phases de « basculement » entre chaque scénario qui se fait sous circulation, le tout compatible avec le code de la route actuel et futur.
Les principes de la GDV consistent à combiner des équipements de signalisation « dynamiques », aux équipements statiques usuels, et orchestrer l’ensemble par un système d’exploitation approprié.
Mais l’environnement visuel de l’espace urbain est beaucoup plus « chargé » qu’en milieu routier. Les solutions adaptées aux axes interurbains seraient beaucoup trop « lourdes » pour la ville, tant en nombre d’informations qu’en qualité urbaine.

Alors comment signaler aux usagers l’affectation des voies en fonction des heures ?

Le parti pris d’Egis est de miser sur les usagers, car tout système, aussi puissant et performant qu’il soit, n’a de pertinence que s’il est en adéquation avec ses utilisateurs.
Le XXIème siècle est l’aire de l’image, un monde connecté ; il faut savoir tirer profit de cette nouvelle culture, de l’évolution des mœurs, pour concevoir la bonne solution technique au bon endroit.
Il ne faut pas négliger le fait que la rue intelligente requiert l’effacement des « brides physiques » des aménagements tels qu’on les connait aujourd’hui. Si la solution proposée n’est pas « logique » pour l’usager, lorsqu’il évolue dans l’espace, elle ne sera pas respectée, donc source d’accidents. Il serait confortable de s’imaginer que la rue intelligente soit un produit sur étagère déclinable à outrance; mais ce serait faire peu de cas de la richesse de nos tissus urbains et de nos usages. Mais il n’est pas envisageable pour autant de créer autant de « particularités » que de zones urbaines sur le territoire.

Egis propose un dispositif triple pour garantir la bonne information aux usagers :

• Des panneaux dynamiques, implantés aux accès de l’espace partagé, indiquent aux usagers la fonction de chaque voie ou zone à considérer
• Le marquage au sol peut être complété de plots lumineux incrustés dans la chaussée, et parfois d’actionneurs mécaniques, pour délimiter les sens de circulation, et guider les usagers au travers de
l’espace partagé
• Des applications, sur Smartphone ou sur le Web, délivreront des informations en temps réel sur ce même espace.

Icono

Cette interaction constante avec les usagers se suffit à elle-même et évite ainsi à la rue d’être prédéterminée dans sa forme (surface plane, absence de marquage figé), ce qui laisse à l’espace public une très grande souplesse d’adaptation dans le temps.
Concevoir une solution de rue intelligente, peut se comparer à la fabrication d’un rubik’s cube : les équipements retenus doivent permettre de dessiner toutes les facettes de la rue ciblée, le mécanisme doit garantir la sécurité de l’aménagement, son exploitation doit être la plus naturelle possible

 

Une nouvelle manière d’appréhender l’aménagement urbain

Comme indiqué en préambule, l’espace public est sans cesse obsolète par son incapacité à évoluer au bon rythme. Aussi, les dotations publiques sont de plus en plus réduites et incitent à réfléchir autrement.
Il nous semble donc incontournable de préfigurer des solutions permettant d’optimiser l’espace public disponible.
Nous souhaitons responsabiliser le citoyen en lui montrant que sa mobilité influe directement sur sa qualité de vie. Le changement de comportement constitue un moyen efficace pour décongestionner une agglomération. Les mobilités alternatives doivent être incitatives pour être adoptées par les citoyens et ensuite créer une émulation. L’enjeu est donc d’initier le cercle vertueux.

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies indispensables à son fonctionnement ou permettant d'établir des statistiques de visite anonymes. OK