Vous êtes abonné à la revue TEC ? Identifiez-vous pour accéder aux contenus qui vous sont réservés.
Repère

MaaS : Mobility as a Service

Ce concept émergeant venu de Finlande est basé sur le principe de concevoir la mobilité comme un service permettant d’aller  d’un point A à un point b quel que soit le mode de transport utilisé, public comme privé. Il repose sur une unification des services de mobilités et une fusion des outils de billettique et d’information multimodale. Décryptage par Jean Coldefy.

MAAS : DE qUOI PARLE-T-ON ?

Connecter les différents réseaux de transports entre eux s’est vite avéré indispensable, ce qui s’est traduit par l’apparition dans les politiques publiques des concepts d’inter-modalité et multi-modalité, avec des parcs relais, pôles multimodaux, visant à construire des chaînes de déplacements en limitant l’usage de la voiture. Avec l’éclosion des TIC, l’information multimodale permet aujourd’hui de mettre dans la poche des usagers, l’ensemble de l’offre de mobilité. Plus récemment, des projets au final assez nombreux en France comme à l’étranger, déploient des pass uniques pour accéder aux différents services de mobilités et de vie quotidienne (Angers, Montpellier, Lyon, Mulhouse). C’est dans ce contexte que le concept de Mobility as a Service a émergé en Finlande. Il s’appuie sur l’idée d’une ville et d’une vie sans voiture individuelle, en facilitant l’accès aux services via un titre unique sur smartphone avec une tarification intégrée des transports collectifs et de services de voiture partagée pour l’essentiel. Le MaaS peut comporter de très nombreuses acceptions et variantes et devra s’adapter aux contextes territoriaux étant très différents d’une ville et d’un pays à l’autre. Demain l’information sera pleinement multimodale et de plus en plus l’accès aux services se fera de manière coordonnée voire intégrée.

Ainsi le MaaS peut comprendre :

  • la simple combinaison pour chaque service de mobilité, de l’information voyageur avec l’achat de titres d’accès à ce service, au service du voyageur ;
  • la combinaison d’offres de différents services de mobilité, avec ou sans facturation unique, au service des opérateurs de mobilité ;
  • une refonte de la tarification de la mobilité intégrant tous les services, pour induire des changements de comportement; le MaaS devenant un outil clé au service d’une politique de mobilité.

La réalité c’est que 75 % de la population prend sa voiture pour aller travailler, 11 % les transports en commun. Cette tendance n’est pas prête de s’inverser compte tenu de la baisse du coût d’usage de la voiture. Avec cependant, la moitié des déplacements en voiture en ville faisant moins de 3 km et une personne par voiture aux heures de pointe, les marges de progrès sont réelles. La vraie question pour le MaaS est d’assurer une accessibilité aux territoires et de faire changer les comportements. Pour ce faire, le numérique doit s’intégrer dans une politique globale de mobilité et d’aménagement.
Le MaaS sera intelligent comme la mobilité du 21e siècle, s’il intègre les besoins des individus et les enjeux de politique publique.

POUR ACCÉDER AUX AUTRES ARTICLES DE LA RUBRIQUE, ACHETEZ EN LIGNE LA REVUE TEC 235 :

  • Les enjeux de la mobilité
  • Le MaaS en 10 points clefs
  • MaaS : Pour quels objectifs ?
  • Quels services pour quel modèle économique ?
  • Un service qui reste à construire
  • Focus sur Emma
25,00€ – Ajouter au panier TVA Incluse de 0%

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies indispensables à son fonctionnement ou permettant d'établir des statistiques de visite anonymes. OK