Vous êtes abonné à la revue TEC ? Identifiez-vous pour accéder aux contenus qui vous sont réservés.
TERRITOIRE

Nantes métropole : concilier ville mobile et ville durable

NantesComment inscrire pleinement le défi de la transition énergétique au cœur de la politique de déplacement ? C’est toute l’ambition de Nantes Métropole qui s’apprête à réviser son plan de déplacements urbains PDU 2018-2027. Nantes souhaite accompagner le changement des comportements liés à la mobilité, multiplier les expérimentations et donner la priorité aux modes de déplacements les moins polluants et consommateurs d’énergie.

« Organiser les déplacements à l’échelle d’une agglomération de la taille de Nantes est un défi permanent  » explique Bertrand Affilé vice-président de Nantes Métropole délégué aux déplacements et aux transports. 2017 s’annonce d’ailleurs comme une année charnière et chargée pour la métropole qui s’apprête à réviser son Plan de Déplacements Urbains (PDU) pour la période 2018-2027. « Nous devons en effet intégrer les nouveaux défis et nous inscrire dans la transition énergétique, cette révision constitue donc une étape importante pour une nouvelle transition ». Ce travail de réflexion et d’élaboration va durer près d’un an et demi, «un temps nécessaire à une concertation de fond et à la démarche participative qui est la nôtre » précise Claudine Saumet-Roche, Directrice des déplacements de Nantes Métropole. L’objectif de la Métropole est clair : renforcer les engagements déjà pris en termes d’usage de la voiture individuelle et de développement des modes alternatifs. « Nous n’opposons pas les modes de déplacement, notre approche est pragmatique », ajoute Claudine Saumet-Roche.

Changer les comportements

Parmi les axes de réflexion de la métropole, le changement des comportements liés à la mobilité constitue une priorité et la transition énergétique un défi majeur. « C’est le changement des comportements qui permettra de lutter contre la pollution et de réduire les émissions de gaz à effet de serre ». Nantes Métropole a d’ailleurs lancé en automne dernier un grand débat citoyen sur la transition énergétique. Dans ce domaine, Nantes Métropole dispose déjà d’outils opérationnels à l’image du plan de mobilité entreprise qui permet de faciliter le changement de comportement lié à la mobilité des salariés. Treize ans après sa création, plus de 100 000 salariés en bénéficient, soit 1/3 des emplois de Nantes Métropole. La métropole s’apprête, par ailleurs à expérimenter un plan de déplacement pour les écoles afin d’encourager l’écomobilité (voir encadré). Accompagner le changement des comportements passe aussi par le développement de l’intermodalité. Dans ce domaine, la métropole s’est fixé un objectif ambitieux : construire 3000 places supplémentaires de parking-relais d’ici à 2020 permettant ainsi aux usagers de déposer leurs véhicules au profit des transports en commun. « Entre 2000 et 2500 places sont déjà engagées, deux nouvelles réalisations à Bouguenais et Vertou, ont été votées à l’automne 2016». Afin de relever le défi énergétique, la métropole s’engage également dans une politique de transports propres en assurant un mix énergétique. Nantes métropole fait l’acquisition de 80 nouveaux bus articulés au gaz naturel. Le premier exemplaire de l’Urbanway a été livré au mois de novembre dernier, les autres le seront progressivement (à raison de 10 par mois) d’ici à la fin de l’été. «Aujourd’hui 78% de la flotte de bus appartenant à Nantes Métropole roulent au GNV, nous devrions approcher les 90% d’ici à la fin mandat». Par ailleurs, des bus fonctionnant à l’électricité sont attendus pour septembre 2018, les nouveaux BusWay, plus grands (24 m) se rechargeront au terminus et à quelques arrêts importants.

Développer les modes doux

Autre axe de réflexion pour la métropole : la promotion d’une « ville de proximité » par le développement des modes doux. La politique vélo de Nantes Métropole est souvent citée en exemple et reconnue à l’international.
« Notre challenge est désormais de faire passer la part modale du vélo de 4 à 12% d’ici à 2030». La Métropole s’est dotée d’un nouveau plan vélo 2015-2020 d’un budget de 50 millions d’euros. Ce plan prévoit la création de plus de 200km d’aménagements cyclables supplémentaires d’ici à 2020, de 3 000 places de stationnement vélo en gare et de la mise en service de 2500 nouveaux vélos en location longue durée. Aujourd’hui quatre opérateurs se partagent le marché de la location de vélo dans la métropole. Dès 2018 et afin de simplifier les choses, tous les services vélo de la métropole seront regroupés chez un seul et même opérateur avec la création d’un nouveau service de location courte, moyenne et longue durée.

Proposer des services adaptés

« Les usages et les pratiques de mobilités sont différents en fonction des spécificités des territoires de la métropole ; nous devons en tenir compte et proposer des services adaptés », conclut Claudine Saumet-Roche. Pour se faire, la métropole s’appuie sur la complémentarité des solutions de mobilités mais aussi sur les nouveaux services numériques. Nantes Métropole s’est engagée dans une politique d’ouverture des données depuis 2011, celles concernant la mobilité ont permis l’émergence de nombreuses applications : la dernière en date s’appelle « Nantes dans ma poche ». Cette application mobile personnalisable dédiée à la mobilité et à la vie quotidienne comprend une quinzaine de services de proximité. La métropole travaille actuellement (avec des métropoles voisines) au développement d’une application numérique qui permettrait de répondre à la problématique du covoiturage de courte distance.

 

POUR ACCÉDER AUX AUTRES ARTICLES DE LA RUBRIQUE, ACHETEZ EN LIGNE LA REVUE TEC 232 :

  • Le projet mySMARTLife lancé à Nantes
  • GoToo : l’application qui vous récompense pour votre mobilité
  • De l’écomobilité pour les écoles 
25,00€ – Ajouter au panier TVA Incluse de 0%

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies indispensables à son fonctionnement ou permettant d'établir des statistiques de visite anonymes. OK