Vous êtes abonné à la revue TEC ? Identifiez-vous pour accéder aux contenus qui vous sont réservés.
Point de vue

Thierry Mallet – PDG de Transdev

Thierry Mallet est le PDG de Transdev l’un des géants mondiaux du transport public. Il nous livre son point de vue sur les évolutions de la mobilité, les défis que doivent affronter les opérateurs de transports et nous explique comment Transdev souhaite accélérer le développement des nouvelles mobilités en misant sur la
« Mobilité as a Service ».

 

« CO-INVENTER LA MOBILITÉ DE DEMAIN AVEC LES ÉLUS, LES CITOYENS, LES INDUSTRIELS DU SECTEUR ET LES START-UP »

Le secteur des transports publics a radicalement changé en très peu de temps. Quelle est votre analyse ?
Le secteur de la mobilité, marqué par l’effacement des frontières entre transports collectifs et voiture individuelle, par l’émergence de nouveaux usages, par les opportunités nées de l’avènement du numérique, vit une de ses plus grandes révolutions. La démocratisation du Smartphone, la progression de la puissance de calcul et la capacité à toujours être connectés ouvrent de nouveaux horizons.
En parallèle, le développement de l’économie du partage et la transformation des usages impactent la mobilité. Les usagers, autrefois captifs des transports en commun ou de leur voiture, demandent de nouveaux services qui répondent davantage à leurs attentes. Les opérateurs de transport font face à un immense challenge, celui d’innover alors même que le coût des transports publics ne progresse pas pour le client-voyageur.

 

Quelle est votre vision de la mobilité intelligente ?
Transdev ambitionne de consolider sa position de leader des nouvelles mobilités. Dans un contexte de révolution du secteur, avec une remise en cause très profonde de la frontière entre transport public et transport privé, le groupe anticipe les mutations pour construire la mobilité de demain qui sera P.A.C.E. : une vision de la mobilité Personnalisée, Autonome, Connectée et Electrique.
La révolution digitale a profondément changé la mobilité. L’expérience client offerte doit être excellente, car c’est ce que nous demandent nos clients. Transdev cherche à offrir des solutions de transport de mobilité partagées : d’un trajet ou d’un véhicule, en ligne fixe ou à la demande, en porte à porte ou d’un arrêt de bus à un arrêt de bus, et bien plus encore. Transdev innove pour apporter des solutions de mobilité partagée adaptées à chaque contexte et en privilégiant le passage progressif, mais volontaire à une motorisation électrique qui vaut pour tous les modes encore dépendants des énergies fossiles (bus, voitures etc…). Nous travaillons également, à créer les usages qui feront que le partage des véhicules facilité par l’autonomie, sera plus performant que l’autosolisme.
Fort de cette vision d’avenir, le groupe se fixe pour mission de développer sa position d’opérateur très compétitif de transport public, de proposer de nouveaux services au profit des collectivités tout en assurant une place centrale aux clients passagers. Ainsi, nous souhaitons co-construire, co-inventer la mobilité de demain avec les élus, les citoyens, les industriels du secteur et les start-up.

 

Comment Transdev se positionne-t-il face aux nouveaux acteurs de la mobilité liés aux plateformes numériques (acteurs du VTC, nouveaux opérateurs de cars longue distance, covoiturage ? En quoi la révolution digitale que nous vivons bouleverse-t-elle la mobilité ?
Le smartphone a été à l’origine des principales innovations en matière de mobilité ces dernières années. Il a permis de connecter les individus, et de créer un « internet des gens mobile », support des solutions de co-voiturage et d’autopartage modernes, du m’-ticketing… Nous n’en sommes qu’au début de l’histoire : l’enjeu, aujourd’hui est de créer des services globaux de mobilité, en agrégeant l’ensemble des offres disponibles. Aucun mode de transport ne peut répondre de façon efficace à la demande de mobilité d’un territoire. Il s’agit donc d’organiser toutes ses offres en synergie.
En ce qui concerne les données, nous avons créé en partenariat avec La Fabrique des Mobilités, l’Ademe, Ouishare et la Caisse des dépôts, « Catalogue », une plateforme open source et d’open data transport avec pour ambition d’en faire un véritable « Wikipédia » de la mobilité.

 

Transdev souhaite accélérer le développement des nouvelles mobilités en misant sur la « Mobilité as a Service » pouvez-vous nous expliquer ?
En effet, pour Transdev, Mobilité as a service (MaaS) c’est le passage d’une prestation de transport à un service de mobilité intégré qui s’exerce avec le même standard d’exigence que son métier d’opérateur. Le service proposé doit donc être à la fois porte à porte, sans couture, individualisé, sûr, solidaire, écologique, abordable et agréable. La mobilité débute par la consultation d’information sur un mobile en temps réel.
Elle doit être adaptée au besoin de chacun, sur mesure, hyper-customisée mais laissant la liberté de choix, tout en étant sécurisée, solidaire et respectueuse de l’environnement. Il faut ensuite pouvoir accéder à l’ensemble des titres de transports,
l’idéal étant une fois identifié de consommer de la mobilité et d’être facturé ensuite en post paiement en bénéficiant du meilleur tarif applicable.

Vous travaillez actuellement au développement de services de transport public à la demande utilisant des voitures autonomes électriques, quel est ce projet ?
Le véhicule autonome a été pendant longtemps une utopie. Il ne l’est plus et fait même l’objet de toutes les atten-
tions : il est aujourd’hui une réalité et porteur de grandes promesses pour les zones urbaines. L’enjeu est de profiter du potentiel qu’offrent les véhicules autonomes pour concevoir de nouvelles solutions de mobilité partagée. C’est ainsi que Transdev a remporté, notamment, le 1er contrat commercial de navettes autonomes à la centrale de Civaux, et a lancé de multiples expérimentations à Issy-les-Moulineaux, Rouen, Perpignan, en Australie et aux USA. Nous avons également signé un
partenariat stratégique avec l’Alliance Renault-Nissan pour accélérer le développement et l’expérimentation de services de mobilité autonome à la demande. Nos deux premiers terrains d’expérimentation dans le cadre de cette alliance seront français, à la fin de l’année, à Saclay et à Rouen. Dans ce dernier cas, nous serons sur route ouverte, dans le quartier du Madrillet, et fonctionnerons avec des Zoé. Il s’agit de la mobilité du dernier kilomètre en complément du transport public. Ce sera une première en Europe.

De quelle manière selon vous doit-on faire travailler ensemble les acteurs des ITS ?
Les acteurs français sont leaders sur le marché de la mobilité : ingénierie, opérateurs, fournisseurs de solutions et de services
numériques. Je pense que l’exemple des projets optimod et opticities à Lyon illustrent une excellente manière de faire travailler les acteurs des ITS, groupes et start-up dans le cadre d’un projet innovant, soutenu et porté par le territoire et les collectivités locales. C’est la meilleure façon de compléter nos savoir-faire et nos expertises tout en construisant des démonstrateurs et des vitrines. C’est grâce à ce projet que Cityway, filiale spécialisée dans les ITS du groupe Transdev, a ensuite réussi à gagner le contrat du système d’information multimodal de l’agglomération de Toronto.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies indispensables à son fonctionnement ou permettant d'établir des statistiques de visite anonymes. OK